L’exposition à Pékin 2016 « Apparitions imprévues »

L’exposition à Pékin 2016 « Apparitions imprévues »

Les œuvres de cette série ont été exposées sous le titre d’Apparitions imprévues en décembre 2016 à Pékin, dans la galerie de Hanfenlou située dans les locaux de Shangwu Presse commerciale. Cette maison d’édition fondée en 1897 est la plus ancienne de Pékin, elle s’est d’emblée orientée vers les échanges sino-occidentaux en publiant, outre les classiques chinois, des dictionnaires bilingues et des traductions.

Shuai Hao, commissaire, et Yu Shuo ont décidé de réactualiser ces échanges en invitant des poètes chinois à composer sur ces peintures et à leur donner des titres. Les poésies et les peintures se complètent mutuellement, mettent en lumière les tensions existentielles et la critique sociale. Le vernissage a été suivi d’une performance musicale de Wang Yingqiao et d’un happening aux mouchoirs de soie orange de Li Xinmo, puis d’une table ronde.

Face à l’exigence d’orthodoxie qui prévaut dans le monde la peinture à l’encre en Chine, le propos était d’affirmer la possibilité d’ouverture et d’enracinement dans l’époque, la transculturalité.

2016年北京涵芬楼水墨展“意外出现”

这一系列作品题为“意外出现”,于2016年12月在北京商务印书馆涵芬楼画廊展出。成立于1897年的商务印书馆是北京最老的出版社,从一开始就致力于中国和西方的交流,除了中国古典著作,还出版双语词典和翻译作品。

策展人帅好和学术主持人于硕决定赋予这一交流传统以新意,他们邀请中国诗人为这位法国画家的水墨作品题诗,并请他们为作品命名。诗画相得益彰,凸显了当下的存在张力和社会批判力。开幕式上王滢乔即兴表演音乐,李心沫进行了黄丝帕艺术行动,随后是一场热烈深刻的学术研讨会。

针对中国在世界上大力推动正统水墨的努力,研讨会论证了中国水墨的全球开放性和扎根时代的超文化性。

 

Voler 2016 66 X 45 cm

Voler, encre de Chine sur papier Xuan, 66 x 45 cm, 2016
《飞翔》,宣纸水墨

VOLER

L’air est si généreux
Il commence à faire vibrer ses ailes
Dans l’hésitation
Il rejette la gravité et l’ombre
Il prend en main le soleil la lune et les étoiles
Des hausses de l’océan, de leurs va-et-vient
Il vole vers l’immensité –
Le pays natal est caché entre ciel et terre
Répandant une pâle clarté

(Yu Bang, poète, romancier et editeur en chef La Jeunesse, 5-12-2016)

飞翔

空气如此慷慨
他开始振动羽翼
迟疑间
他摈弃了重力与阴影
他手捧日月星辰
从过往的海洋中升起
飞向苍茫——
隐秘的故乡在天地间
散发出微暗的光芒

(育邦,诗人、小说家、《青春》主编)

Une autre goutte d'encre 2016 66 X 45 cm

Une autre goutte d’encre, encre de Chine sur papier Xuan, 66 x 45 cm, 2016
《另一滴墨》,宣纸水墨

UNE AUTRE GOUTTE D’ENCRE

Une goutte d’encre arrive
Appelée du vide
Et cherche dans le vide une autre goutte d’encre
Tout comme arrive une personne appelée du vide
Et cherche dans le vide des choses et phénomènes cachés
Une personne sur le papier est recouverte d’une goutte d’encre
Révélant seulement une main
Et quelques brins de pensées
Tandis qu’une autre goutte d’encre lentement s’évanouit
Lorsque cette personne qui regarde le tableau
Tourne le dos

(Yu Weiwei, poète, 9-12-2016)

另一滴墨

一滴墨从虚空中
被召唤出来
寻找虚空中的另一滴墨
正如一个人从虚空中被召唤出来
寻找虚空中隐藏着的事物
一个人在纸上,被一滴墨盖着
只露出一只手
和几缕思绪
而另一滴墨在缓慢地消逝
当看画的那个人
转身之后

(羽微微,诗人)

Un signe s掗vanouit 2015 97 X 180 cm

Un signe s’évanouit , encre de Chine sur papier Xuan, 90 x 180 cm, 2015
《遁于无形》,宣纸水墨

UN SIGNE S’ÉVANOUIT

L’encre traverse, imprime le feutre.
Le feutre est ce qui reste du mur. Ce ne sera pas retenu.
L’empreinte n’est plus support. L’empreinte se délaisse ou s’abandonne.
Et s’abandonne au geste le peintre,
A la joie le riz buveur, noire lumière,
à l’espace le rouleau de papier, cette peinture de gauche à droite, de bas en haut.
Cet espace donné en dehors de lui-même, qui ne creuse plus, ne se reprend pas,
fait de son propre oubli l’oubli du geste qui le trace et qui d’un signe s’évanouit…

(Roland Buraud, peintre et professeur, français, 2004)

遁于无形

墨穿透,浸染画毡。
那画毡原是墙的残存。却也无需保留。
印迹不再是载体。印迹或放任自流,或浑然忘我。
浑然融入画家的动作,
渗入宣纸豪饮的愉悦,墨色的青光,化入凌空的图卷,
这自左向右,自下而上的绘画。
这在自身之外即有的空间,无需再挖掘,也不可复制,
源自忘我,忘却勾画它的动作,
透过一个符号便遁于无形……

(豪朗,法国画家,2004)

Sur Soi 2016 66 X 45 cm

Sur Soi, encre de Chine sur papier Xuan, 66 x 45 cm, 2016
《论自我》,宣纸水墨

SUR SOI

Se nommer, de même que dépérit un beau paysage
Fatalisme dans l’obscurité
Brève mélancolie. L’étrange capacité à s’éclipser
Pousse un cri rauque et perçant
Les rêves d’une vie de vanité, s’égarent
Dans les banlieues. Regardez, parmi les branches sèches et feuilles mortes
Le jardinier a taillé les boutons et bourgeons
Le pacte est conclu sur les lames de bambou

(Yu Cong, poète, écrivain et éditeur en chef de Nouvelles amusantes, 6-12-2016)

论自我

自我命名,犹如衰败美景
黑暗中的宿命论
略显忧郁。怪诞的隐身术
发出粗砺般的尖叫
虚妄生活的梦,迷途
在郊外。看,枯枝败叶里
园丁修剪过的花骨朵
委身竹片上的签诀

(余丛,诗人、作家、《喜闻》主编 )

Se rouler dans la fumee 2016 66 X 45 cm

Se rouler dans la fumée, encre de Chine sur papier Xuan, 66 x 45 cm, 2016
《灰烟中翻滚》,宣纸水墨

SE ROULER DANS LA FUMÉE

Sang des mots écrits
Dégringolade du cygne noir
Qui se roule dans la fumée de ruines
Métempsycose des chroniques
Rouge des divulgations tapageuses
Qui rêve de poser le pied sur le seuil de l’éternité?
On approche de la lame pendue.

(Li Jie, poète et critique d’arts, 7-12-2016)

灰烟中翻滚

书写语词的血液
唐突跌落的黑天鹅
在废墟的灰烟中翻滚
编年的轮回
张扬喧嚣的红色
谁梦想踏入永恒之门?
逼近垂悬的刀锋。

(厉揭,诗人、艺术评论家)

Regarder les peintures de Francois 2015 97 X 180 cm

Regarder les peintures de François, encre de Chine sur papier Xuan, 90 x 180 cm, 2015
《观方索水墨》,宣纸水墨

REGARDER LES ENCRES DE FRANÇOIS

Le passé, le présent et l’avenir dans une silencieuse suite
La déchirure résiste à la planification interne et externe
Les traces qui possèdent le Centre ne peuvent plus battre
Des vieux et nouveaux comptes absorbent jusqu’aux derniers spermatozoïdes
Seul le vent défectueux contient encore des idées nouvelles
Le monde se détruit toujours, Occident Orient peu importe
Comme les déformations individuelles brulent les déformations du tout
La vérité de la poussière rouge est simplement de non-vérité
L’instant brisé du noir et blanc devient liberté

(Wang Zang, pioneer poète, écrivain et scénariste 12-12-2016)

观方索水墨

往世此世来世在无声相续
撕裂正去抵抗内外的规划
拥有中心的痕迹无法跳动
历史的旧帐新帐吸干精虫
唯有残缺的风还有着新意
人间总是在毁败无论中西
以个体畸形燃烧整体畸形
红尘的真相不过是无真相
黑白破碎的瞬间即是自由

(王藏,先锋诗人、作家、影视编剧)

Regarder en arri妑e d俲_loin 2016 66 X 45 cm

Regarder en arrière, déjà loin, encre de Chine sur papier Xuan, 66 x 45 cm, 2016
《回首已远》,宣纸水墨

REGARDER EN ARRIÈRE, C’EST DÉJÀ LOIN

J’ai marché à travers les montagnes, les plaines et les fleuves
J’ai marché à travers les forêts, au couchant vainement
Qui cherche l’inconnu est embarrassé par l’inconnu
Dans l’immense indétermination
De la vie flottante, j’ai déjà passé la moitié
Ce qui en reste, je ne sais où c’est passé
Avec la mémoire, avec l’oubli
La nuit et la vérité comme une confuse époque

(Lang Zi, poète, curateur indépendant, journaliste)

回首已远

我走过高山、平原和流水
我走过森林、落日与虚妄
寻找未知的人被未知困扰
在无边无际的不确定之中
浮生,我已经走了一半
剩下的,我不知道在哪里
带着记忆、带着遗忘
和黑夜与真相混为一谈的时代

(浪子,诗人、独立策展人、前媒体人)

Ni pres ni loin 2016 33 X 135 cm

Ni près ni loin, encre de Chine sur papier Xuan, 33 x 135 cm, 2015
《离离即即》,宣纸水墨

NI PRÈS NI LOIN

Personne n’est plus désinvolte que l’osmanthe,
L’osmanthe en secret tient fermement la fleur de prunus d’encre.
Alors que le ciel accumule la puissance pour plonger,
Le bambou a fait bondir le troupeau de chevaux.
Partir c’est s’approcher, s’approcher c’est partir.
Plus lointain plus proche, ni proche ni lointain.
Pourquoi dans le salon apparaissent tant de visages inconnus?
Soudain, une brillante ombre entre et occulte.

(Tango Xiaodu, poete, éditeur littéraire, 14-12-2016)

离离即即

人闲不过桂花,
而桂花暗中把墨梅攥紧。
天空蓄势俯冲时,
竹枝弹出了马群。
离就是即,即就是离。
离离即即,不即不离。
为什么客厅里多出陌生的面孔?
倏忽,掩进一道明亮的暗影。

(唐晓渡,诗人,文学编审)

Marche 2016 66 X 45 cm

Marche, encre de Chine sur papier Xuan, 66 x 45 cm, 2016
《行走》,宣纸水墨

MARCHE

Dans nuit couleur de corbeau se perchent les serins,
Je ne sais pas qui a dit que c’est la neige qui tombe sur les branches.
Une subite et sinistre rafale
Une civière noire enlève la blancheur

(Li Jie, poète et critique d’arts, 7-12-2016)

行走

乌夜里黄鸟栖落,
不知谁说那是枝上降雪。
一阵悲风骤来
黑色担架背走白色

(厉揭,诗人、艺术评论家)